Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Food Service : le Sirha donne les tendances

Tous les deux ans, Lyon accueille le Salon mondial de la restauration et de l’hôtellerie (Sirha). Un rendez-vous à ne pas manquer pour les artisans en quête des dernières tendances et innovations. L’édition 2019, qui se tiendra du 26 au 30 janvier à Lyon Eurexpo, s’annonce d’ores et déjà prometteuse, avec une offre élargie à 2984 exposants et marques, dont 508 Internationaux. Un salon plus grand, qui comptera 10 000 mètres carrés supplémentaires, soit une surface globale d’exposition de 132 000 mètres carrés.

« Comme toujours, les tendances et innovations du Food Service mondial seront présentées et décryptées en avant-première pour une meilleure compréhension des mutations du secteur » explique Marie-Odile Fondeur, directrice générale du Sirha. « Enjeux, solutions, idées, initiatives, perspectives, sourcing fournisseurs… Sirha apporte des réponses à toutes les problématiques ».

 

Répartition par secteur d’activité 

La surface du salon 2019 se répartit comme suit :

  • Les produits agro-alimentaires 41%
  • Les équipements de cuisine, transport 23%
  • La boulangerie pâtisserie confiserie 15 %
  • L’équipement de salle, les arts de la table, les nouvelles technologies 9 %
  • Les services 7 %
  • La caféterie 5 %

 

Les raisons d’y aller

Au total, le salon accueille plus de 200 000 visiteurs français et étrangers, exactement 207 930 en 2017  (+ 10% par rapport à 2015). Durant cinq jours, Sirha donne la priorité à l’innovation. Toutes les restaurations sont là, tous les acteurs sont réunis (clients, prospects, fournisseurs …) une fois tous les deux ans.

Les exposants ont l’occasion de se positionner au cœur du marché du Food Service mondial, de bénéficier ainsi d’une audience exceptionnelle de professionnels et de médias, de trouver de nouvelles gammes de sourcing auprès des professionnels (chefs, acheteurs, distributeurs) ou encore d’afficher leur capacité d’innovation et de faire la différence. Un bon moyen aussi de développer leur chiffre d’affaires en France comme à l’export et de profiter de la dynamique d’un événement unique.

A noter que pour exposer, il est encore possible de s’inscrire mais sur liste d’attente. Et pour ceux qui ont déjà réservé une place, il est nécessaire de retourner son projet d’aménagement de stand avant le 19 décembre.

 

Pour tous les goûts

Les visiteurs ont accès aux stands de 9 à 18 heures, durant cinq jours. Par ailleurs, des pôles experts organiseront des accueils thématiques du salon avec des partenaires dédiés (Club Chic, Nutrimarketing, Isara, Restau’Co…). C’est l’occasion d’optimiser sa visite du salon en identifiant rapidement des exposants à rencontrer.

Des parcours thématiques ou sur mesure, avec des conseils personnalisés sont proposés par les partenaires du Sirha. Pour plus d'informations : https://sirha.com/fr/poles-conseils-experts

 

En plus des stands, les visiteurs découvriront des espaces spécialisés et pourront assister à quelque 24 concours organisés tout au long du salon :

  • Cuisines en scène se veut une vitrine vivante du monde de la restauration et des métiers de bouche. De nombreux concours s’y déroulent.
  • Tendances Pain est un espace dédié aux métiers de la boulangerie où sont présentées les innovations techniques, les nouveaux ingrédients et les évolutions d’un secteur en perpétuelle mutation avec des tables-rondes d’experts et des concours.
  • La Maison de la pâtisserie et de la glacerie est une scène exclusivement dédiée à ces métiers. Des concours permettent aux visiteurs de découvrir les jeunes talents de demain.
  • Le Café Show est un espace réservé aux amateurs de café de plus en plus nombreux et exigeants. Cette scène où sont exposés les crus et présentés les terroirs, les méthodes de torréfaction ou encore les machines, est aussi le lieu de plusieurs grands concours du secteur.
  • Wine bar est un pôle d’expertise qui s’articule autour d’espaces de dégustation, de restauration et d’animations sur différents thèmes : la traçabilité, le vin bio, l’étiquetage santé, le choix des vins ; Divers échanges et conférences s’y déroulent et de nombreux sommeliers sont là pour répondre à toutes les questions. Les élèves de l’Institut Paul Bocuse y proposent une restauration placée sous le signe d’un accord mets-vins.

 

 

Un marché en croissance

Selon l’institut d’étude NPD, partenaire du Sirha, tous les voyants sont en effet au vert pour la restauration hors foyer dans les principaux pays d’Europe. Le marché de la restauration et du snacking est solide en Europe et accélère sa progression  (+ 2,5% à fin juin 2018), porté par la restauration rapide, le fast casual, et les nouveaux moments de consommation comme le petit déjeuner ou le goûter. Il est aussi dynamisé par les Food Tech qui boostent les ventes des indépendants.

La progression est de + 2,9% en Allemagne, + 2,2% en Espagne, + 2% en France, + 2,7% en Italie et  +2,6%  au Royaume-Uni.

Un contexte favorable pour les innovations présentées au Sirha, lesquelles permettent aux acteurs du Food Service d’anticiper la demande, d’innover dans leurs offres ou leurs process et de répondre plus efficacement aux attentes des clients pour développer leurs ventes.

 

Révélateur de tendances

Food Service Vision et le Sirha ont mené une étude multi-sources qui fait apparaître 7 influences majeures. Elles s’articulent autour de quatre grandes familles de tendances qui auront un impact sur le Food Service dans les trois prochaines années : la conscience (flexitarisme et responsabilité) ; le mieux-être (naturellement bon) ; les territorialités (locavorisme et mondialisation) ; l’expérience augmentée (praticité et lieux d’émotions).

Les consommateurs sont sensibles à l’environnement et aux nouveaux équilibres alimentaires. Ils deviennent flexitaristes en baissant la part carnée dans leur alimentation et en faisant place aux légumineuses pour les apports en protéines. Conséquence : la consommation de produits végétaux s’accélère qu’il s’agisse de végétarisme, de véganisme ou d’une diminution ponctuelle de la consommation de viande par les clients en restauration. C’est en quelque sorte  un « manger moins » pour un « manger mieux » en étant attentif à l’origine des produits (circuits courts, gestion des déchets).

Lire aussi : Les Français consomment moins de viande 

Lire aussi : Végétarisme et végétalisme: des tendances de fond 

Lire aussi : Le végétal en vedette

 

Effets sur la santé

Par ailleurs, le mieux-être s’impose : les consommateurs ont conscience des effets de l’alimentation sur leur santé et quel que soit le lieu où ils prennent un repas, ils souhaitent que les professionnels de la restauration répondent à leur attente. Ceux-ci doivent donc revoir leur approvisionnement, s’orienter vers le label bio ou une certification de provenance. Les industriels prennent part  à ce mouvement en développant des produits et des équipements permettant de consommer de manière plus naturelle et plus sain.

L’essor des produits de proximité s’affirme toujours plus : on parle de locavorisme.  Des motifs écologiques ou économiques et même identitaires poussent les consommateurs et les chefs à se tourner vers une restauration approvisionnée de manière locale. La gastronomie locale regagne donc du terrain, et elle est même devenue un enjeu majeur de promotion touristique.

Lire aussi : Mangeons Ecotable, l'événement pour valoriser votre démarche écoresponsable dans la restauration

Lire aussi : La consommation de produits alimentaires bio atteint des records !

 

Expérience augmentée

La mondialisation est quant à elle un facteur de rencontre et de métissage des influences culinaires : elle favorise l’émergence rapide de nouvelles gastronomies et elle source d’opportunités pour les opérateurs qui se développent dans de nombreuses zones émergentes du globe.

Enfin, les innovations digitales simplifient les usages (préparation, présentation, réservation, commande) tant pour le client que le restaurateur et peuvent modifier la vie des chefs. L’expérience augmentée entre en cuisine.

Parmi toutes les tendances relevées dans l’étude, trois influences sont particulièrement en croissance : le flexitarisme, le locavorisme et la praticité. Les consommateurs sont plus responsables de ce qu’ils commandent et ingèrent, ainsi que des répercutions sur la santé et sur l’environnement. La sélection des produits et la qualité arrivent en tête de leurs préoccupations. Par voie de conséquence, la demande de restauration végétale et locale, s’accélère et impacte toutes les restaurations et leurs fournisseurs. Ce qui n’exclut pas de se faire du bien en mangeant du « bon naturel », quel que soit le type de restauration et où que ce soit dans le monde. Enfin, le mangeur et le chef restent connectés en permanence.

 

L’équipe Avisé

 

 

Source : sirha.com

Crédits photos : Sirha