Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Artisanat du bâtiment : 2019 s’annonce en demi-teinte

04/03/2019
Mots-clés: 

Comme en 2017, la croissance de l’artisanat du bâtiment est au rendez-vous en 2018 avec une progression de 2,5 % en volume mais elle a connu un ralentissement progressif. Des signes d’essoufflement sont ainsi apparus au 4e trimestre, précurseurs d’une année 2019 qui, selon la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (CAPEB), s’annonce déjà en demi-teinte.

 

Moins de logements neufs

Au 4e trimestre 2018, la croissance s’établit en effet à 2 % seulement contre 2,5 % au 1er trimestre. Le niveau de construction neuve s’est stabilisé à 4 % (contre 7,5 % au même trimestre de 2017). Et la tendance est au ralentissement en 2019, avec un nombre de permis de construire de logements déposés en novembre 2018 (sur douze mois cumulés) en baisse significative de 5,2 %, notamment dans l’individuel (- 6,8 %) et les logements en résidence (- 4 %). En effet, en 2018,  473 000 logements ont été autorisés à la construction et 415 500 ont été mis en chantier, soit une baisse respective de - 0,6 % et de - 5,2 %.

Dans l’ancien, l’activité en entretien-amélioration décélère, avec une progression limitée à 1 % au 2e semestre. Quant aux travaux d’amélioration de la performance énergétique, ils enregistrent une hausse également limitée à 1 %.

 

Fin d’un cycle de croissance

« La croissance dans l’artisanat du bâtiment a ralenti au 4e trimestre 2018, laissant présager la fin du cycle de croissance » a expliqué Patrick Liébus, président de la CAPEB. « Les travaux d’amélioration de la performance énergétique des logements ont souffert de la réduction du CITE et n’affichent plus qu’une croissance mesurée de 1 %. Pour 2019, les perspectives sont plus que mesurées : un nouveau ralentissement de l’activité se profile dans le neuf. Le contexte réglementaire et le climat actuel, ne peuvent que confirmer notre inquiétude pour l’activité de cette nouvelle année ».

 

Carnets de commandes moins remplis

En attendant, l’emploi dans les entreprises de moins de 20 salariés a continué de progresser, avec une hausse de 1 % sur un an. Quant à la situation de trésorerie, elle a commencé à se dégrader légèrement en fin d’année : 22 % des entreprises font état de besoins de trésorerie (23 % au même trimestre de 2017), 67 % d’entre elles déclarant un besoin en hausse et supérieur à 10 000 €.

Les carnets de commandes représentent désormais 76 jours de travail, soit 11 jours de moins qu’un an auparavant. Ils se renouvellent de plus en plus difficilement en entretien-rénovation comme en construction neuve.

L’ensemble des métiers (sauf l’électricité) voient leur activité ralentir, même si elle continue de progresser entre 1,5 % et 2,5 % par rapport au 4e trimestre 2017. Les métiers de la maçonnerie, de la couverture-plomberie-chauffage et de l’électricité profitent de la meilleure croissance (2,5 %). A l’inverse, les métiers de la menuiserie-serrurerie et de l’aménagement-décoration se positionnent en léger retrait, avec une hausse limitée à 1,5 %.

 

Année 2019 contrastée

La CAPEB  considère que l’année 2019 devrait connaître une croissance plus mesurée aux alentours de 0,5 %. Elle devrait être « marquée par une activité contrastée avec un premier semestre 2019 s’inscrivant dans la suite du second semestre 2018 alors que le second semestre 2019 devrait subir un ralentissement plus prononcé en raison de l’activité de la construction neuve relève ainsi le syndicat professionnel.

 

Focus Auvergne Rhône-Alpes

Selon l’étude de conjoncture du 4ème trimestre 2018, conduite par la CAPEB d’Auvergne Rhône-Alpes, tous les indicateurs économiques sont à la baisse ce trimestre, confirmant les résultats présentés au niveau national. Pour elle, l’artisanat du bâtiment est en danger si ces spécificités ne sont pas davantage prises en compte.

Les chefs d’entreprise sont 37% à accuser une activité difficile voire très difficile, soit une hausse de 10 points. C’est notamment le cas pour 63% des entreprises tous corps d’état, 44% des charpentiers et 42% des serruriers-métalliers-fermetures.

Le recul amorcé au niveau des carnets de commandes lors du trimestre précédent s’est amplifié. La visibilité supérieure à trois mois diminue de 12 points au profit d’une visibilité comprise entre 1et 3 mois (+ 8points), voire nulle ou quasi nulle (+4 points). Plus d’une entreprise sur cinq annonce une visibilité nulle ou quasi nulle. Ce qui n’est pas de bon augure pour le début de l’année 2019.

En termes de chiffre d’affaires aussi, la tendance est à la dégradation. 19% des chefs d’entreprises font état d’une baisse de chiffre d’affaires soit 4 points de plus qu’au trimestre précédent. 43% des agenceurs-cuisinistes, 38% des paysagistes et 26% des serruriers-métalliers-fermeture et des plâtriers-peintres sont concernés.

Par ailleurs, 35% des chefs d’entreprises déplorent une trésorerie insuffisante ou faible. Les marges sont quant à elles peu élevées dans l’ensemble. 24% des entreprises sont même concernées par une baisse des marges (+ 4points). Sont particulièrement touchés les entreprises d’isolation (62%), les agenceurs-cuisinistes (57%) et les carreleurs (31%).

Au niveau de l’emploi enfin, seuls 30% des chefs d’entreprise annoncent un projet de recrutement (-9 points). Mais ils envisagent de recruter en CDI pour 60% d’entre eux. Plus de 180 postes seraient à pourvoir.

 

L’équipe Avisé

 

Sources :

capeb.fr

journal-du-btp.com

lesechos.fr

 

Crédit photo : Pixabay