Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Le concours régional d'Ateliers d'Art de France met en lumière la créativité

Le Concours régional d'Ateliers d’Art de France a réuni durant une journée vingt talents de la région Auvergne-Rhône-Alpes. L’objectif étant de distinguer une œuvre remarquable de création parmi les lauréats régionaux, une œuvre qui contribue à révéler l’ancrage de l’identité professionnelle des artisans créateurs de la région.

 

Jean-Marie Le Goff, verrier

Parmi eux, Jean-Marie Le Goff, installé à Joyeuse en Ardèche, qui s’est employé à capturer l’empreinte d’un billot de chêne. Son œuvre reprend les veinages du bois par transparence. Il propose des pièces uniques et en petites séries en pâte de verre contemporaine. De l’objet décoratif à l’objet usuel, ses créations explorent le monde du vivant : humain, animal mais aussi végétal ; Jean-Marie Le Goff utilise le verre comme matière brute et l’associe volontiers à du bois brûlé ou de l’os pour créer des contrastes et interpeller.

 

Murielle Romera, feutrière

Mais également Murielle Romera, feutrière dont l’atelier est situé à Saint-Clément-les-Places dans les Monts du Lyonnais qui a présenté un luminaire très contemporain utilisant de la laine de mouton. Une matière qu’elle récupère directement de l’élevage de 300 bêtes réalisé par son conjoint. Elle fait laver et carder sa laine dans une entreprise qui fabrique des matelas. Puis la mouille à l’eau savonneuse, la masse, permettant au fils de s’entremêler.

 

 

Œuvre commune d’un collectif de Haute-Loire

Saluée également par les visiteurs, une œuvre réalisée en commun par trois artistes de Haute-Loire : Enola Charmille, plasticienne naturaliste, Marie Heyraut, vitrailliste artiste verrier, et Pierre Pagès ferronnier d’art. Ce collectif a présenté une table dont le but, est au-delà de l’objet, de créer une reliance et une reconnexion à la nature. Métal pour la structure, verre de Saint-Just fait à la main et beaucoup de matériaux venant de la nature la composent. « Notre cheminement n’est pas encore reconnu » reconnaît Enola Charmille qui a pris comme un cadeau les retours suscités par cette œuvre auprès du public présent.

.

 

Lucie Delmas, sculpteur sur pierre

Autre artiste active en Haute-Loire, Lucie Delmas a présenté de très beaux aigles de mer en pierre et bois. Implantée au Monestier-sur-Gazeille, ce sculpteur sur pierre, bois et modelage adhère à Ateliers d’Art de France depuis quatre ans. Grâce à cela, Lucie Delmas expose ses créations aux salons Ob’Art de Montpellier et de Bordeaux et dans les boutiques Empreintes et Talents Etoiles, à Paris. « Il faut être très actif dans la commercialisation d’œuvres qui sont créées dans la ruralité » explique-t-elle louant le travail de fond effectué pour soutenir les artistes par Ateliers d’Art de France.

 

 

Yves Ghirotto, luthier 

Venant de Haute-Savoie, Yves Ghirotto est luthier en guitare depuis 2007. Il était auparavant mécanicien de précision. Autodidacte et passionné, l’homme sait donner une âme aux instruments qui naissent de ses mains à partir de plusieurs essences : le cerisier, le poirier, le noyer, l’épicéa du Jura ou l’aulne. Il utilise aussi des bois exotiques tels que l’ébène. Il fabrique environ six guitares par an et les vend à des amateurs comme à des professionnels grâce au bouche-à-oreille, mais aussi à sa participation à des expositions et des salons, comme celui d’Issoudun dans l'Indre. « J’ai aujourd’hui besoin de développer le commercial pour faire mieux connaître mes réalisations» souligne-t-il. Yves Ghirotto a présenté au concours une guitare de jazz, fruit de plus de 200 heures de travail. Sa table est en épicéa, les éclisses et le dos en cerisier, le manche en érable et la touche en ébène.

 

 

Sandrine Isambert, souffleuse de verre

Également Annécienne, Sandrine Isambert est souffleuse de verre et artiste. Après des études en arts appliqués et en arts plastiques, elle a passé un CAP de souffleuse de verre et se lance dans le métier en 2003. Après avoir travaillé à la production au Centre international d’art verrier en Lorraine, elle décide de gagner en autonomie et crée un atelier avec son conjoint également souffleur de verre. En parallèle, elle donne aussi des cours au lycée professionnel de Sarrebourg puis à l’École des Arts Décoratifs de Strasbourg. Elle crée des pièces uniques destinées à des amateurs éclairés, superposant jusqu’à six couches de couleurs en verre soufflé dont elle a présenté un exemplaire au Puy-en-Velay.

 

Crédit photo: François Golfier

 

Rose Desmaisons, sculpteur sur lave

Rose Desmaisons, Pépite de Lave, installée à Antignac dans le Cantal a présenté un diptique mettant en scène ce matériau. « Après des études en arts appliqués et une école de décoration en magasin, je me suis installée comme plasticienne et conteuse. Puis j’ai découvert la lave lors d’un marché de Noël, et c’est aujourd’hui cette matière qui fait le lien entre tout ce que j’ai appris. J’ai compris que c’est le matériau qu’il  me faut ». Elle se décline à l’envi pour les arts de la table, la signalétique ou encore la fabrication d’horloges. «J’ai besoin d’explorer tous les terrains » précise Rose Desmaisons.

 

Sylvie Loudières, peintre plasticienne

Peintre plasticienne, Sylvie Loudières, implantée à Aurillac dans le Cantal, utilise le carton comme matériau de prédilection. Elle le travaille brut ou le peint, donnant un caractère artistique et non plus seulement utilitaire à ses créations (des meubles mais aussi des tableaux). L’œuvre présentée au Puy a été travaillé de façon instinctive, fixant l’instant sur sa face avant comme sur face arrière. Sylvie Loudières anime aussi des ateliers avec qui veut s’essayer à son art ,car elle a pignon sur rue dans sa ville.

 

Clarisse Roche, sculpteur sur bois

Clarisse Roche fait naître sous ses doigts de sculpteur sur bois des œuvres, mêlant ou pas, le bois et le raku, une méthode d’émaillage japonaise à laquelle elle s’est formée en autodidacte. La jeune femme a entamé sa reconversion à 26 ans, par une École de sculpture sur bois près d’Avignon. Elle devient ensuite salariée d’une entreprise de menuiserie et d’agencement haut de gamme «où j’ai beaucoup appris au niveau du bois » explique-t-elle. Puis elle revient en Savoie où elle a installé son atelier à Entrelacs, pour faire de la création. Elle a participé au concours régional pour la première fois et apprécié la rencontre avec d’autres artistes de toute la région.

 

 

Herve Jaunet, sculpteur sur pierre

Sculpteur sur pierre, Hervé Jaunet pratique ce métier depuis cinq ans à son compte. Il a été auparavant formé par les Compagnons dès l’âge de 15 ans au métier de tailleur de pierre qu’il pratique depuis 24 ans. Installé pour l’heure, à Montrevel-sur-Bresse, dans l’Ain, il va prochainement s’implanter en région lyonnaise. Il a participé au concours régional pour faire valoir un travail qu’il est le seul à réaliser. « J’enlève beaucoup de matière et j’ajoute un système d’accrochage original, un nid d’abeille en aluminium qui pousse la matière dans ses retranchements » explique-t-il. La pièce qu’il a présentée pèse seulement 8kg et a représenté 78 heures de travail. « C’est de l’art tout en restant proche du métier de tailleur de pierre, je pousse la matière à l’extrême » conclut-il.

 

Alex Modeste, bijoutier

Le prix de 1 000 euros a été remis au bijoutier Alex Modeste pour ses « Tall bagues » en matériaux recyclés. Spécialisé dans le travail des métaux précieux, il a cette fois joué l’originalité en utilisant des matériaux de récupération pour réaliser trois bagues en bois, laiton, argent et disques vinyl et les sculpter. Sa participation est pour lui l’occasion d’un grand zoom médiatique sur son art. Ce Corrézien, implanté à La Mure-sur-Azergue, dans le Beaujolais, participera au concours national qui se déroulera lors du salon Maison & Objet à Paris, en septembre 2019.

 

Mobilisation collective pour les artisans d’Art

Pour rappel, 300 candidats en France et 36 en Auvergne-Rhône-Alpes se sont présentés cette année au concours régional d’Ateliers d’Art de France. « C’est un arrache-cœur de choisir car c’est un cru magnifique » a indiqué Emilie Rouillon, présidente du jury et l’une des trois déléguées régionales participantes cette année. Elle est elle-même professionnelle des métiers d’Art en Drôme-Ardèche.

Quelque 6 000 artisans d’Art sont actifs au niveau national. « Le rôle d’Ateliers d’Art de France est de faire reconnaître la juste place de l’artisan créateur, par une mobilisation collective, notamment dans le domaine de la formation » a-t-elle encore souligné. Le concours s’inscrit dans cette logique pour la 9ème année consécutive, preuve d’une grande vitalité artistique dans le pays.

Au niveau national, il distingue chaque année une oeuvre remarquable de création, et une oeuvre de patrimoine d'un professionnel des métiers d'art, parmi ldes leauréats régionaux. Ce concours contribue ainsi à révéler l'ancrage de l'identité profesionnelle des artisans créateurs de chaque région. Les lauréats seront connus lors du prochain salon Maison & Objet Paris, qui se tiendra du 6 ao 10 septembre 2019.

 

L’équipe Avisé

 

Crédits photos : Avisé