Avisé, s'informer pour réussir

site d'informations stratégiques
du réseau des chambres de métiers et de l'artisanat d'Auvergne-Rhône-Alpes

Vous êtes ici

Contrôle technique : un marché qui progresse peu

15/05/2019

L’Organisme technique central (OTC),  - qui contrôle les centres de contrôle technique- a constaté qu’en 2018, le nombre de contrôles réalisés a atteint 25,45 millions soit une progression de seulement 0,4 % par rapport  à 2017. Il relève toutefois d’importantes disparités au cours de l’année avec une fréquentation en hausse de 25 % pour les quatre premiers mois de l’année 2018 et même un pic à 61 % en avril, juste avant la mise en œuvre effective de la réforme.

Reste qu’au final, on relève une très faible progression du marché pour l’exercice 2018 par rapport aux années précédentes. Depuis 2010, le nombre de contrôles techniques progresse en effet régulièrement, de 1 à 4 % par an.

Par ailleurs, le taux de contre-visites est passé de 17,36 % à 21,51 % après le 20 mai 2018, à périmètre égal. À noter que 20,24 % de ces contre-visites ont concerné une défaillance majeure et 1,27 % une défaillance critique. Leur nombre s’accroît avec l’âge du véhicule. Le taux de contre-visites passe de 4 ,55 % pour les moins de 4 ans à 29,66 % pour les plus de 10 ans. Quant aux utilitaires, ils sont concernés pour 31,88 % d’entre eux par une contre-visite.

 

Nettoyer le parc européen

L'Union Européenne souhaite nettoyer le parc automobile de ses pays membres. Et pour ce faire, elle a durci l'examen du contrôle technique (CT). La directive européenneaprès avoir été transposée en droit français, a entraîné la mise en place des trois principales mesures suivantes : 

  • La transformation de la grande majorité des défauts mineurs en défauts majeurs ce qui entraîne un taux de contre-visites théoriquement supérieur
  • Les fuites et corrosions importantes plus fortement sanctionnées
  • L'apparition des défauts critiques ou défaillances critiques, sanctions plus sévères que les défauts majeurs, une nouvelle catégorie qui a pour principal impact d'obliger le propriétaire à effectuer la réparation dans un délai de 24 heures.

 

Les nouveautés 2019

En 2019, ce sont principalement les véhicules diesel qui sont visés par les nouvelles mesures, devenus la bête noire du gouvernement pour des raisons écologiques en dépit des années de coups de pouce fiscaux. Si des contrôles de pollution sont effectués depuis de nombreuses années, cette future évolution a pour objectif principal de durcir les critères d'opacité des fumées émises par les diesels.

Ce test existe déjà mais n'est plus en phase avec les récentes exigences en matière d'environnement et de climat. Ce nouveau contrôle vise principalement à détecter une émission excessive de particules, avec des seuils bien plus stricts que les valeurs réglementaires. Le gouvernement français veut ainsi montrer l'exemple au sein de l'Union Européenne.

 

Vers un contrôle annuel

Le Centre national des professions de l’automobile (CNPA) demande pour sa part la mise en place d’un contrôle technique annuel dès la septième année d’usage d’un véhicule. Il considère que ce serait un coup de pouce pour la profession qui a dû investir dans des nouveaux matériels de contrôle, longs à amortir, ainsi que dans de nombreuses formations, afin de répondre aux nouvelles normes.

En 2018, une trentaine de centres de contrôle ont d’ailleurs disparu. Dans leur ensemble, ces structures pâtissent d’une valeur du contrôle en baisse, d’investissements en hausse et de la difficulté à recruter du personnel qualifié.

Selon la branche, « c’est du jamais vu dans le métier. Le marché du contrôle technique traverse une crise qui place les professionnels en grande difficulté » considère le CNPA. Le début de l’année 2019 demeure sous le joug d’un gel des prix, d’investissements nouveaux à prévoir et d’un manque de personnel alors que les volumes se restreignent (- 22 % en mars 2019).

Selon le CNPA, « un entretien préventif régulier associé à un contrôle technique annuel favoriseraient une baisse du coût global tout au long de la vie du véhicule et permettrait d’améliorer la sécurité routière et l’environnement ».

 

Lire aussi: Du changement pour le contrôle technique en 2018

 

L’équipe Avisé

 

Sources :

decisionatelier.com

lepoint.fr

 

Crédit photo : Pixabay